La toile "Système stérile" est présentée au prof de peinture.

Pour rappel, la voici...

 

IMGP9433

 

Il a d'abord décortiqué de façon technique le tableau afin de m'habituer à "lire" une toile. Les pointes, les arrondis, les frottis, les glacis, les aplats, les valeurs, les couleurs, les passerelles, les contrastes, etc. tout ça commence à prendre sa place dans ma petite tête, au niveau théorique seulement bien sûr !

 

Il faut que je vous dise que je l'avais bien mis en garde avant de lui montrer ma toile en lui précisant que mon compagnon avait dit que c'était horrible. Ce sur quoi, toujours souriant, mon prof sourit beaucoup, il m'a répondu que l'horrible pouvait être intéressant.

 

Ensuite, il me dit: " Effectivement, tu ne peins pas sympa".

Et tac, prends-toi ça dans la face !

Il me dit que ce n'est pas grave que je suis une fille sympa et que je n'ai pas besoin d'être sympa en peinture !!!

Il a complètement raison, en toute modestie !, c'est comme si en peinture je n'avais pas besoin d'être politiquement correcte, que je pouvais dire ce que je ne peux exprimer ailleurs.

 

Apparemment, je "casse" mes cercles en les coinçant soit sur le bord de la toile soit en les reliant avec les larmes. Les ronds doivent normalement être libres de voyager, les miens ne le sont pas, tiens donc !

 

La grande qualité de ce travail, selon lui, est que je ne triche pas. Je ne peins pas pour faire de la déco, ou faire croire à ce que je ne suis pas. C'est un travail honnête et authentique. Ces mots m'ont beaucoup touché.

 

Il voit dans cette toile à peu près le même thème que dans celle-ci

 

IMGP9442

 

Pour répondre à Catie qui me demandait ce que le prof voyait de moi dans mes toiles.

 

Lorsqu'on lui présente notre travail, il regarde d'abord l'aspect technique avec nous. Ensuite, il demande quel est notre "fil rouge", ce que l'on a voulu dire. A chaque fois pour moi ce sera "la féminité", pas la bête féminité, LA féminité celle qui est changeante, mystérieuse, multiple et sacrée.

 

Il m'a demandé où j'avais accroché cette toile. Je lui ai répondu dans ma pièce de vie. Ce qui est complètement bizarre car j'ai tendance à "cacher" mes toiles. Il m'a dit qu'en gros cette toile disait: "Je suis et je vous emmerde". Et que ce n'était pas étonnant si je l'avais affiché dans ma pièce de vie. Pas faux !

 

Il m'a aussi demandé ce que la danse représentait pour moi. Beaucoup en fait mais je lui ai répondu que ce côté de ma personnalité était bloqué.

 

Contrairement à ce que j'aurais pu croire, il n'y a pas tant de femmes qui peignent la féminité. Selon le prof, beaucoup s'en cogne complètement. Lorsqu'il a vu cette toile, il m'a dit sans prendre des pincettes que c'était ce que j'avais fait de plus intéressant jusque maintenant, que les autres travaux étaient fades, que pour une fois je disais quelque chose qui me tenait vraiment à coeur.

 

Pour être tout à fait honnête, je suis sur le c.. parce que j'avais décidé de suivre les cours, de faire les travaux demandés du mieux que je pouvais simplement pour "apprendre l'alphabet" de la peinture. Je ne désirais pas forcément me mouiller à l'atelier. Je peignais comme je voulais, ce que je voulais chez moi et je ne montrais pas.

 

Le prof m'a capté tout de suite, il a lu dans mes travaux, il a su.

 

Vous avez compris, je suppose, que je suis à fond dedans, d'ailleurs je vous parle pendant des heures là... La peinture c'est profond et étonnant. L'aspect esthétique n'est qu'un tout petit bout de cet art.

 

Parfois on part de l'atelier en sifflotant et parfois on a envie de massacrer nos pinceaux.

 

A vous tous qui avez lu jusqu'au bout, merci... pour tout.

 

Retour à l'accueil